La journée de la femme – Une journée dans ma peau

À l’occasion de la journée de la femme, j’avais envie de revenir avec un billet humeur. Un article personnel,  où seules les mamans ou celles en devenir se reconnaitrons, je pense.

IMG_6053

J’ai envie de parler d’un sujet important,  trop souvent étouffé : La femme, sont rôle imaginaire de maman toujours disponible, sans faiblesse et toujours au top. Aimante, cuisinière, ménagère… La femme de 2016, celle qui doit travailler, être préparée, se lever la nuit, entendre des heures de pleurs mais garder un sourire radieux et des cheveux coiffés. Ce mythe entretenu et tenu par les mamans elles-même, trop dures envers le reflet de ce qui peut parfois sembler être un échec.

Une maman a le droit d’avoir envie de dire stop, même une heure. Elle doit accepter qu’un bébé, ça pleure. Que ses cheveux sont un fouillis indescriptible, que son maquillage ne sort presque plus des tiroirs. La maman parfaite, celle des magasines, des livres, celles qui endort son tout petit en deux bercements, elle n’existe pas. Vous n’êtes pas cette personne, moi non plus. Je viens de m’en rendre compte, il y a quelques jours. Rien n’est un échec dans la maternité, mais un apprentissage, le tissage d’une relation entre mon bébé et moi. Parfois, elle pleure tellement que je me dis  » j’ai échoué, je suis la raison de ses pleurs, je n’y arrive pas « . Et pourtant je l’aime, je l’aime plus que tout et j’adore mon rôle de maman au quotidien, c’est un bonheur absolu. Mais il faut accepter que ce n’est pas que joie et bisou-bisou. C’est aussi des coliques, des crises de larmes, des poussées dentaires, des nuits hachées qui mettent les nerfs à rude épreuve.

IMG_6067

On s’endort après une journée difficile entrecoupée de tétées et de larmes, on est réveillée 2 ou 3 fois la nuit et pourtant le lendemain, il faut recommencer, être là, souriante, avec l’envie de jouer et de sourire à bébé. Ce n’est pas difficile, sa petite bouille suffit largement à faire oublier les jours précédents. Sauf quand les jours compliqués se succèdent, vient alors cette image insupportable de soi dans le miroir : Une femme de 24 ans sur les genoux, les larmes qui coulent. On voudrait rendre bébé bien dans sa peau rien qu’avec de l’amour, mais ça ne marche pas toujours. On voudrait se sentir belle pour son mari qui va rentrer, mais on ne fera que relâcher la tension accumulée la journée.

Il est difficile de se rendre à l’évidence que notre bébé nous aime pour ce que l’on est et qu’il ne rêve pas secrètement d’une autre maman, plus calme, plus patiente, plus disponible. On l’est, bien sur, mais quand rien ne va, on a l’impression qu’on ne fait rien en suffisance, qu’on a atteint notre limite et que bébé mérite mieux.

IMG_6061

La faute aux stéréotypes, aux 1001 conseils différents qui vous font tourner en bourrique, aux conseils trop présents de la famille qui dit ci, qui dit ça. La seule bonne façon de faire est la vôtre, quelle que soit celle que vous choisissez. J’ai décidé de commencer avec notre petite princesse dans notre chambre, dans son berceau, les premières semaines de sa vie. En réalité, elle est restée 2 mois et demi dans notre chambre. Enceinte, je m’étais dis  » les 3 premiers mois « , des proches y répondaient  » tu le regretteras, elle sera impossible à mettre dans sa chambre « , d’autres  » c’est trop tôt « . Finalement, ceux qui me disaient de ne pas le faire deviennent ceux qui te culpabilisent par des  » Déjà dans sa chambre ? Si petite ?  » Vous voyez le topo, rien n’est jamais satisfaisant au regard des autres. On s’en fiche. Soyez en accord avec vous-même, selon votre ressenti et avec le papa. Du jour au lendemain, je me suis sentie prête, lui aussi, et on a essayé la nuit dans sa chambre. Voilà un mois qu’elle y dort, tout va bien, pour elle comme pour nous.

Je crois que le point le plus important que j’ai fais au sujet de ma vie de maman et de ma vie tout court, c’est qu’il faut accepter. Accepter que l’on est fatiguée, et que c’est normal. Accepter qu’aucune super-women ne peut réellement avoir un bébé si calme qu’elle peut contribuer à son ménage et planifier sa carrière professionnelle sereinement. On peut être multi-tâches, mais à vouloir tout contrôler on en vient à tout négliger. Ma priorité reste ma fille, ses besoins et son apprentissage avant tout. Tant pis si elle ne dort pas à l’heure de d’habitude, tant pis si elle se réveille une heure plus tôt, tant pis si elle mange moins. On ne peut pas imposer un rythme à un bébé si ses besoins, aujourd’hui, c’est juste de jouer. J’ai accepté ça aujourd’hui et j’ai entendu ma fille rire presque toute la journée. Elle n’a pas  » suivi  » ses habitudes journalières ( qu’elle avait installée elle-même au fur et à mesure ), elle n’a presque pas dormi et elle a joué toute la journée. Elle s’est couchée 1h plus tôt pour la nuit, si fatiguée qu’elle n’a pas mangé son repas du soir. Mais ce n’est rien, parce qu’elle a eu le sourire aux lèvres toute la journée et que la mienne en a été illuminée.

Bisou doux, Lou.

12 Comments

  • Reply le Monde de Jenn 8 mars 2016 at 21:49

    coucou
    c’est un très bel et vrai article (c’est pas très français mais on s’en fou).
    Je me reconnais bien dans ton article, je suis passée par là, ma fille aura déjà 2 ans dans quelques jours.
    Et finalement ce qui nous empêche d’être la maman que nous devons être, instinctivement, c’est d’écouter tout ce que les autres nous disent, nous conseillent, nous jugent. En même temps, qui connait mieux notre bébé que nous. Chaque enfant est différent mais les gens pensent que parce qu’ils ont eu des enfants, ils savent tout mieux que toi…
    Les regards et les jugements peuvent parfois être horrible.
    Moi je n’en tiens plus compte et je fais fermer sa bouche quand il le faut, à la belle-mère, aux papy-mamies… c’est ma fille, je sais comment elle fonctionne et ce dont elle a besoin.
    C’est ma façon de voir.
    Toutefois, ta fille est vraiment magnifique et très photogénique, comme sa maman. Et je suis sûre que tu fais de ton mieux, et c’est l’essentiel. Il ne faut pas se prendre la tête et prendre les choses comme elles viennent.
    Je vous souhaite tout le bonheur du monde.
    Gros bisous.

  • Reply tonton salva 9 mars 2016 at 08:22

    Très bel article Laura continue. je suis content que cette petite princesse a des parents comme vous ☺ bonne continuation ! ☺

  • Reply nathalietoutsimplement 9 mars 2016 at 08:54

    Ton article est absolument GENIAL. Merci de donner ton ressenti et surtout de déculpabiliser les mamans.

  • Reply Mon billet poudré 9 mars 2016 at 12:43

    MONNNN DIEU QU’ELLE EST BELLE!
    Sinon ton post est très joli et criant de vérité. Je ne suis pas maman mais au moins, grâce à toi, j’aperçois un peu le tableau, un peu plus vrai!

  • Reply Lilie Cadette 9 mars 2016 at 12:46

    C’est tellement vrai, il n’y a pas de mamans parfaites, juste des mamans qui font de leur mieux!

  • Reply A Little Daisy 9 mars 2016 at 12:51

    Très bel article, et ta petite princesse a vraiment une bouille adorable 🙂 Personne n’est parfait et je trouve ton article très réfléchi et mature, je ne suis pas maman et ce n’est pas prévu avant quelques temps mais je garderais en tête ton article quand je vivrais un jour cette aventure.

    Bisous 😉

  • Reply Sarah 9 mars 2016 at 16:50

    les yeux de ton bébé son superbes!!!! très sympa ton article, vraiment. Le hic dans tout ce que tu dis (et avec lequel je suis entièrement d’accord) c’est que lorsqu’on me donne des conseils, j’oublie instantanément mes principes pour exécuter ledit conseil…. Dommage, non? Je suis trop disciplinée, je crois

  • Reply Julie / fleurdementhe 9 mars 2016 at 19:22

    Merci pour ce billet qui fait du bien !! Merci !!

  • Reply Blog à Lou 9 mars 2016 at 21:28

    OOOOH mais cette bouille ! Je craque, je craque, je craque !

  • Reply Mon Blog Beauté 10 mars 2016 at 00:28

    à croquer ! vraiment magnifique ce bébé !

  • Reply Madagascarian 10 mars 2016 at 07:55

    coucou,

    je pense que cet article ne s’adresse qu’au maman et aux futurs mamans mais j’ai aimé le lire, parce que ça m’a fait comprendre que ce n’est pas juste facile, ça a l’air compliqué mais pour rien au monde je pense, une maman lâcherais son enfant,

    je te bon courage, et j’espère que tu es fière de toi parce que je trouve que par moment ce n’est pas évident mais sois en sûr que cet enfant sera très fière de sa maman quand elle grandira 🙂

    des bisous & bonne continuation 🙂

  • Reply Mam'zelle Otter 10 mars 2016 at 17:35

    Bonjour,

    Je ne suis pas maman moi-même, mais j’ai pu observer autour de moi cet épuisement que tu décris. Une proche a fait une dépression après la naissance de son fils. Cela n’en fait pas une mauvaise mère, mais elle s’est laissée dépassée par l’épuisement et a voulu continuer à tout gérer en même temps.

    Je pense que c’e’st une bonne chose que cet article soit lu, et rappelle aux mères mais aussi aux gens de façon générale que, oui, on peut être malheureux/dépassé/épuisé, et que, oui, on en a le droit.

    Bisous & Chocolat!

  • Leave a Reply